AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 seven devils are around you ▬ Rosalie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

☞ patrick
☞ patrick
COURRIERS : 357
INSCRIT(E) LE : 03/06/2012
AVATAR : Lucy Kate Hale

MessageSujet: seven devils are around you ▬ Rosalie   Sam 16 Juin - 14:16


harmony & rosalie

Toutes les fois que je déprime en voyant ce qui se passe dans le monde, je pense la zone d’arrivée des passagers de l’aéroport de Londres ; de l’avis général nous vivons dans un monde de haine et de cupidité. Je ne suis pas d’accord. J’ai plutôt le sentiment que l’amour est présent partout ; il n’y a pas toujours de quoi en faire un roman mais il est bien là : père et fils, mère et filles, mari et femme, copains, copines, vieux amis...
Quand les deux avions ont frappé les tours Jumelles, à ma connaissance aucun des appels téléphoniques de ces gens qui allaient mourir ne contenaient de message de haine ou de vengeance. C’étaient tous des messages d’amour.
Si vous cherchez bien, j’ai la désagréable impression que vous constaterez qu’en définitive, nous sommes cernés par l’amour..

© CODAGE & MISE EN PAGE FAIT PAR MINNIE.


Toujours la même chose, encore et encore. Les mêmes gestes. Les mêmes gens. Les mêmes horizons. Les tic-tac de la grande horloge. Tout se ressemblaient, tout se fadaient, perdaient de sa valeur, perdaient de sa saveur, de son peps. Elle était lasse de cette monotonie, elle était lasse des élèves qu'elles voyaient tout le temps, lasse des cours toujours aussi rébarbatifs - même ceux qu'elle affectionnait -, en vérité, elle était lasse de tout. Le désir de s'enfuir germait dans la tête de la jeune femme, mettre les voiles, tout plaquer, et partir loin, très loin. Harmony soupira, le regard vide, perdu dans sa contemplation de l'extérieur de Poudlard à travers la vitre des couloirs. Le ciel, grisâtre, pleurait son chagrin et arrosait le château ainsi que l'herbe, laissant l'extérieur de Poudlard solitaire et froid. Bien fait pour ces incapables qui voulaient s'amuser en plein air, pensa Harmony, l'humeur massacrante. Se réjouir du malheur des autres, c'était mal, très très mal, mais le mal pouvait être excitant parfois. Et puis, pourquoi ces moins que rien pourraient être heureux et pas elle ? Si quelqu'un devait mériter ce privilège, c'était elle et personne d'autre, voyons ! Elle voulait ce privilège, elle voulait tous les privilèges, telle une petite princesse capricieuse. Mais rien n'était jamais assez bien pour la petite princesse, et aujourd'hui elle se sentait mélancolique, et blasée de tout. Ainsi, elle rêvait d'un ailleurs, un endroit nouveau et rempli de découvertes à faire. Mais tout ce qui s'offrait à elle pour le moment, c'était un monotone après-midi à Poudlard.

Résignée, Harmony quitta son point d'observation et partit se balader à travers les couloirs de l'école, non sans dévisager d'un œil hautain ceux qu'elle croisait. Elle épousseta sa veste et défroissa les plis de sa jupe de manière perfectionniste. Elle s'attaqua ensuite à ses cheveux, se recoiffant compulsivement à chaque fois qu'une fois venait à croiser son chemin. Elle voulait être parfaite, elle voulait se montrer parfaite aux yeux des autres, leur montrer sa supériorité, que ce soit avec des Gryffondors mais aussi des Serpentards. Tiens, en parlant de Serpentard, pourquoi pas aller faire un tour dans la salle commune ? Ses pas l'avaient inconsciemment mener à l'étage de la salle commune des verts et argents. De plus, elle n'avait rien de particulier à faire de l'après-midi, pas même un devoir à rendre, et à vrai dire, elle s'ennuyait quelque peu. Peut-être que ses chers camarades pourraient la divertir un peu ?

Elle fit en sorte de faire une entrée remarquée, ego surdimensionné oblige, bien sûr. Elle passa plusieurs fois brusquement sa main dans sa crinière brune. C'est ça, arrêtez-vous tous, regardez-la, admirez-la. C'est exactement ce qu'elle veut. L'attention, le respect. Elle avança d'un pas lent, la tête haute, regardant droit devant elle sans se préoccuper de ceux qui la regardaient. Enfin pas tous, dès qu'elle croisa le regard d'un de ses ex, elle s'empressa de détourner le regard et de l'ignorer totalement. Après tout, l'ignorance est le plus grand des mépris, et elle voulait lui montrer tout le mépris qu'elle avait pour lui.
Elle allait remonter dans son dortoir pour aller voir Hadès, son chat. Cet énorme paresseux devait sûrement être en train de dormir à cette heure-ci, et Harmony était sûre que quand elle allait le réveiller, monsieur allait montrer son mécontentement. Etrangement, Harmony portait une affection toute particulière à son animal de compagnie et adorait son caractère de cochon qui lui rappelait bien souvent le sien.
Elle allait prendre les escaliers quand elle tomba sur Rosalie, qui était sur un des fauteuils, à lire au calme un livre. Que faire, la laisser tranquille ou aller la déranger ? La question n'avait pas lieu d'être : évidemment qu'elle allait perturber sa lecture ! Elle marcha en sa direction et quand elle arriva à deux mètres d'elle environ, se râcla la gorge. « Je ne t'ai pas vu de l'après-midi, tu cherchais un moyen de t'échapper d'ici ou c'est Henry qui te retenait ? » lui cracha-t-elle sur un ton de défi.

___________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

☞ mpmw's fish
☞ mpmw's fish
COURRIERS : 167
INSCRIT(E) LE : 06/06/2012
AVATAR : Debby Ryan

MessageSujet: Re: seven devils are around you ▬ Rosalie   Dim 17 Juin - 18:02





Harmony et Rosalie


J’adorais la pluie. Sentir l’odeur de l’herbe mouillée, les gouttes de pluies s’écrasant sur mon visage, et le sentiment de plénitude qui m’envahissait dans ces moments. Quel bonheur de voir que, dans ce monde cruel, nous n’étions pas les seuls à souffrir. Le seul problème avec la pluie, c’est que ça mouille. Oui, je sais, quelle réflexion philosophique Rosalie ! Mais il n’empêche que c’est vrai. Et en tant que Serpentard, je ne pouvais décemment pas me laisser aller à satisfaire ce besoin qui était d’aller courir sous la pluie, comme lorsque j’avais huit ans, et que j’étais encore insouciante… C’est vrai, de quoi j’aurais l’air à parcourir les couloirs du château trempée ? Non, ce n’était décidément pas envisageable.

« Si tu veux aller dehors, vas-y. Personne ne t’en empêche tu sais ? » M’a dit Henry en entendant un énième soupir sortir de ma bouche. Il n’ajouta rien en croisant mon regard. Il ne comprenait visiblement pas mon problème, mais pardonnez-le, le pauvre Serdaigle, il ne connaissait pas ce protocole, auquel les élèves de Serpentard devaient se conformer. Nous étions dans la bibliothèque, il faisait ses devoirs, tandis que je cherchais un livre à lire pour le week-end, notre rituel le samedi après-midi. Enfin… tandis que j’étais censé chercher un livre. A la place, je regardai le parc de Poudlard adossé à la fenêtre qui faisait face à notre table. Si Mme Pince passait par là, elle me tuerait. Elle n’était pas habituée à voir des élèves assis sur une table. Je me levai, en soupirant encore une fois, mais cette fois, le désespoir n’était pas dû à la pluie, mais à la réflexion idiote de cet imbécile qui me servait d’ami. « Je ne répondrais même pas à cette insulte. Tu n’as pas un livre à me conseiller ? » Il soupira à son tour, et tendit la main en direction de la section des livres de fiction moldus. Comment avais-je pu passer devant sans y penser ?

Malgré mon antipathie envers les moldus, s’il y avait une chose qui ne me posait aucun problème, c’était bien leurs livres. Les moldus étaient fascinants de ce point de vue : ils étaient capables d’imaginer tellement de choses toute plus improbables les unes que les autres. Prenons un exemple très simple : où Stephenie Meyer a-t-elle trouvée l’idée saugrenue de faire scintiller des vampires. Oui, j’ai bien dit scintiller !
Je parcourue l’allée, en touchant quelques livres avec mes doigts, les effleurant comme des biens précieux, et m’arrêtai devant un livre que je ne connaissais pas encore : 16 lunes. Je pris le temps de lire le résumé, et contemplai le don du ciel que j’avais entre les mains. Je retournai à notre table, pris mon sac, et parti vers ma salle commune en embrassant Henry sur la joue pour le remercier. *Je vais enfin pouvoir lire quelque chose d’intéressant* pensais-je en souriant intérieurement.

Ce livre était vraiment passionnant. Je tournai les pages, sans me rendre compte du temps qui passait, des gens qui discutaient autour de moi. J’étais dans mon monde. Ou plutôt celui d’Ethan et de Léna… La seule chose qui m’importait était de terminer ce bouquin le plus rapidement possible, pour pouvoir commencer le 2ème tome. « Nous étions debout, au milieu du champ. J’ai contemplé Léna. Des larmes brillaient au coin de ses paupières, prêtes à rouler sur ses joues ». Un raclement de gorge me fit sortir de ma lecture. Je levai les yeux, me doutant de la personne me faisant face. « Je ne t'ai pas vu de l'après-midi, tu cherchais un moyen de t'échapper d'ici ou c'est Henry qui te retenait ? » Je refermai mon livre, et souris, une lueur de malice dans les yeux. « En fait, les deux. Mais merci de m’avoir ramené à la réalité aussi brusquement Harmony. » Répondis-je d’un ton désinvolte. « Mais pourquoi tant de haine dans ta voix ? A moins peut-être que tu ne sois jalouse...? » Ajoutai-je, innocemment.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

☞ patrick
☞ patrick
COURRIERS : 357
INSCRIT(E) LE : 03/06/2012
AVATAR : Lucy Kate Hale

MessageSujet: Re: seven devils are around you ▬ Rosalie   Jeu 21 Juin - 16:31


harmony & rosalie

Toutes les fois que je déprime en voyant ce qui se passe dans le monde, je pense la zone d’arrivée des passagers de l’aéroport de Londres ; de l’avis général nous vivons dans un monde de haine et de cupidité. Je ne suis pas d’accord. J’ai plutôt le sentiment que l’amour est présent partout ; il n’y a pas toujours de quoi en faire un roman mais il est bien là : père et fils, mère et filles, mari et femme, copains, copines, vieux amis...
Quand les deux avions ont frappé les tours Jumelles, à ma connaissance aucun des appels téléphoniques de ces gens qui allaient mourir ne contenaient de message de haine ou de vengeance. C’étaient tous des messages d’amour.
Si vous cherchez bien, j’ai la désagréable impression que vous constaterez qu’en définitive, nous sommes cernés par l’amour..

© CODAGE & MISE EN PAGE FAIT PAR MINNIE.


Rosalie semblait complètement absorbée par sa lecture, ignorant entièrement la brunette en face d'elle, à bout de patience. Elle l'avait quelque peu observé, détaillant ses moindres faits et gestes. Elle ne lui prêtait aucune attention, son livre semblant bien plus intéressant qu'elle. Pfff, quelle stupidité ! Comme si Harmony Athéna Blunt n'était pas plus intéressante qu'une misérable livre. Et qui plus est, un livre moldu ! Elle en était persuadée, ce livre ne venait pas du monde magique. Bien entendu, ce n'est pas comme si elle allait vu, et encore moins lu, tous les livres répertoriés, mais elle reconnaît que trop bien ce style... ce style... brut et inachevé des moldus. Beurk ! Comment Rosalie pouvait lire ce genre de choses ? Mais en même temps, Harmony fut quelque peu piquée par la curiosité. Elle n'avait jamais lu de livres moldus, mais elle se demandait bien ce qu'ils pouvaient y mettre dedans. C'est vrai, vu qu'ils n'avaient aucune conscience de l'existence des sorciers, du monde magique et encore moins de Poudlard, qui sait quelles inepties ils pouvaient inventer ! Elle s'imaginait alors des histoires complètement farfelues qu'ils pourraient narrer, sans même savoir qu'ils étaient dans l'erreur la plus monumentale. Mais elle avait drôlement envie de savoir. Certes, c'était de l'écriture moldu, mais qui sait peut-être qu'un soir, à l'abri des regards (évidemment, il ne fallait pas qu'elle se fasse surprendre, elle une sang-pur respectable, en train de lire un livre pour mordu ! Son père la tuerait) elle irait emprunter un ou deux livres moldus, histoire d'apaiser sa curiosité bouillonnante.

Elle ne put alors se retenir, et dérangea la rouquine, qui lisait tranquillement. « En fait, les deux. Mais merci de m’avoir ramené à la réalité aussi brusquement Harmony. » lui répondit-elle d'un ton désinvolte qu'Harmony n'apprécia guère. Déjà d'une part car Rosalie avait l'air de complètement passer au dessus de la mauvaise humeur d'Harmony plutôt que s'en soucier, et ensuite parce qu'elle était bel et bien avec Henry, alors que elle, était toute seule. « Oh mais je t'en pries, c'était un plaisir » dit-elle avec un sourire qui se voulait volontairement forcé. D'ordinaire, leur conversation pourrait être interprété comme deux personnes ne se supportant pas, mais étrangement, malgré son ton sec et aggressif, Harmony appréciait énormément Rose. Enfin, tant qu'on abordait pas les sujets sensibles, enclins à la compétition, comme les cours de potions, ou plus récemment, Henry.

« Mais pourquoi tant de haine dans ta voix ? A moins peut-être que tu ne sois jalouse...? » la questionna Rosalie. Harmony sentit le rouge monter à ses joues remplies. « Non je ne suis pas jalouse, je suis simplement exaspérée ! » Dit-elle en haussant la voix et en levant les bras, telle une tragédienne sur les planches lors d'une représentation théatrâle. C'est vrai quoi, pourquoi serait-elle jalouse ? Totalement stupide. Elle, jalouse ? Etrangement, oui. Elle mettait ça sur le compte de son caractère plutôt spécial, qui lui ordonnait de vouloir être le centre d'attention. Toujours est-il que peu importe la raison, elle ne cherchait pas à aller plus loin dans sa réflexion.

___________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

☞ mpmw's fish
☞ mpmw's fish
COURRIERS : 167
INSCRIT(E) LE : 06/06/2012
AVATAR : Debby Ryan

MessageSujet: Re: seven devils are around you ▬ Rosalie   Mar 26 Juin - 7:08





Harmony et Rosalie


J’aimais bien Harmony, mais qu’est-ce qu’elle pouvait être agaçante parfois ! Il fallait toujours qu’elle vienne me déranger dans mes lectures au moment les plus importants du livre. Merlin, pourquoi l’avoir dotée de ce don !? Pensai-je en suppliant à moitié le ciel de me donner la force de l’ignorer. Il était évident de ce fait qu’aujourd’hui n’aurait fait pour rien au monde exception à la règle, qu’elle ne m’aurait pas laissé lire tranquillement même pour tout l’or du monde – elle en avait suffisamment comme ça. Elle n’appréciait pas qu’on l’ignore, et ça, j’en avais fait les frais à maintes reprises dans le passé. Mais lui était-il déjà arrivé au moins une fois, de passer son chemin sans demander son reste ? J’en doutais fortement.

Aussi, il n’était guère imprévisible qu’elle vous sorte sa fameuse phrase « Oh mais je t’en prie, c’était un plaisir » remplie d’amertume. Aujourd’hui n’en fit pas exception, si tant est que ces mots étaient agrémentés d’un mélange très épicé d’agressivité, d’égocentrisme et… de jalousie ? Je n’en croyais pas mes oreilles ! Je souris de plus belle, et rouvrit le livre qu’elle m’avait contraint de fermer, faisant mine de ne pas me soucier plus que cela de ses propos. « Je te prierais de ne pas te forcer de sourire en ma présence, veux-tu ? Ce n’est pas un spectacle des plus charmants. » Crachai-je durement, même si là encore, mon ton montrait ma totale indifférence envers ses sautes d’humeur. Après six ans à la côtoyer, je m’y étais quelque peu habituée...

Puisqu’elle ne semblait pas apprécier la manière dont ma personne la prenait de haut - ce qui était tout à fait normal puisque j’avais tout fait pour - je refermais mon livre et m’installai comme un psychomage devant un de ses patients. La question que je lui posai n’avait rien d’innocent – avais-je déjà demandé quelque chose innocemment en le pensant ? - même si le ton que j’avais employé pouvait le laisser croire à une oreille indiscrète. Harmony n’était pas dupe, et elle avait appris à différencier mes intonations. Venait-elle de… ? Non, ce n’est pas possible ! Je savais qu’Harmony était capable de rougir, mais jamais, au grand jamais, elle ne s’était laissé aller à autant de faiblesse devant moi. Alors… elle était vraiment jalouse ?! « Non je ne suis pas jalouse, je suis simplement exaspérée ! » Ses mots disaient le contraire et pourtant, tout en elle respirait cette triste vérité. Je jubilai intérieurement. *Harmony est jalouseeuh, Harmony est jalouseeuh !!* « Exaspérée ? Comme dans… exaspération ? Comment je pourrais t’exaspérer ? Je te jure que j’ai rien fait pour ! » Demandai-je en faisant mine de chercher dans mes souvenirs, comment j’avais pu la mettre dans un tel état. J’adorais la voir s’énerver ainsi, c’en était jouissif ! Entre nous, c’était l’un de mes rares dons. Arriver à exaspérer les gens avec mon air enfantin et innocent et mon petit sourire timide. C’est vrai que rien qu’en me regardant, on pouvait se demander comment j’avais atterri à Serpentard. La réponse est simple : je suis tout, absolument tout, sauf innocente. Pendant que j’y suis, toujours entre nous, il faudrait qu’elle apprenne à contrôler ses émotions. Après, j’dis ça, j’dis rien hein… Deux solutions s’offrait à Harmony maintenant : Ou elle partait et me laissait dans ma lecture – comment la qualifiait-elle déjà ? Ah oui ! – lecture insipide et indigne d’une sorcière telle que moi, ou elle répliquait, et la discussion pouvait enfin commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

☞ patrick
☞ patrick
COURRIERS : 357
INSCRIT(E) LE : 03/06/2012
AVATAR : Lucy Kate Hale

MessageSujet: Re: seven devils are around you ▬ Rosalie   Mar 10 Juil - 22:11


harmony & rosalie

Toutes les fois que je déprime en voyant ce qui se passe dans le monde, je pense la zone d’arrivée des passagers de l’aéroport de Londres ; de l’avis général nous vivons dans un monde de haine et de cupidité. Je ne suis pas d’accord. J’ai plutôt le sentiment que l’amour est présent partout ; il n’y a pas toujours de quoi en faire un roman mais il est bien là : père et fils, mère et filles, mari et femme, copains, copines, vieux amis...
Quand les deux avions ont frappé les tours Jumelles, à ma connaissance aucun des appels téléphoniques de ces gens qui allaient mourir ne contenaient de message de haine ou de vengeance. C’étaient tous des messages d’amour.
Si vous cherchez bien, j’ai la désagréable impression que vous constaterez qu’en définitive, nous sommes cernés par l’amour..

© CODAGE & MISE EN PAGE FAIT PAR MINNIE.


Pour jouer avec les émotions de Harmony une fois de plus, Rosalie rouvrit son livre, et feint de ne pas se préoccuper de ce que disait la brune. « Je te prierais de ne pas te forcer de sourire en ma présence, veux-tu ? Ce n’est pas un spectacle des plus charmants. » lui cracha-t-elle de son venin. Elle buta sur le ton plus que dur de son amie. Mais sa stupéfaction fut des plus brèves, et réussit même à apaiser Harmony, comme si c'était la réaction qu'elle attendait, ou du moins celle dont elle avait besoin. Elle soupira de bonheur, bien loin d'être offensée par les propos de Rosalie. Elle se contenta de lui sourire, une lueur dans les yeux. « Si mon sourire était loin d'être charmant, il n'aurait pas autant de succès auprès d'eux ». A cela, elle lui accorda un sourire qui en disait long. Pas besoin d'en dire plus, leurs regards signifiaient déjà qu'elles se comprenaient sans avoir besoin de parler.

« Exaspérée ? Comme dans… exaspération ? Comment je pourrais t’exaspérer ? Je te jure que j’ai rien fait pour ! ». A ces mots, la colère empourpra les joues d'Harmony de plus belle. « C'est déjà en parlant d'exaspération et me posant des questions de la sorte que tu m'exaspères ! » La rage montait, proche de l'ébullition, prête à exploser à tout moment. Mais elle n'allait pas craquer non, ce serait trop bon pour Rose. Trop jouissif. Elle ne lui répondit pas tout de suite, préférant reprendre son souffle une à deux fois. Que pouvait-elle lui répondre ? La vérité ? Oh et puis... elle n'avait rien à perdre. Et dans le fond, Rosalie connaissait déjà la réponse, tout simplement car elle connaissait Harmony. Elle n'était pas bien dure à connaître, du moins cette partie de sa personnalité. Elle ne cherchait pas à cacher le fait qu'elle faisait tout plaire, et ce à tout le monde. Sa soif de pouvoir n'avait aucune limite, si bien qu'elle voulait tout le monde à ses pieds. Mais ce pouvoir a un prix, ce pourquoi Harmony faisait toujours tout pour atteindre la perfection. Faire les choses à moitié ne serait que simple gâchis. Non, il fallait qu'elle exploite toujours son potentiel à son maximum.

« Et que ferais-tu donc Rosalie, si effectivement je cherchais à devenir plus importante aux yeux de Henry que toi ? » lui lança-t-elle presque (oui oui presque) innocemment avec une lueur de défi dans les yeux. Le jeu de la compétition qui les animaient pouvait enfin commencer, et Harmony prit les devants. Mais ce n'était qu'un jeu. En effet, la question n'avait point un sens si profond, si sérieux, car les sentiments de Harmony envers Henry n'étaient fondés que grâce à la compétition entre les deux jeunes filles de Serpentard. Et Rosalie le savait. Mais cette dernière était la meilleure amie de Henry, et Harmony trouvait cela un peu étrange que rien ne se soit passé entre eux deux, ce pourquoi elle instaura cette compétition. Qui allait remporter le cœur de Henry ?

___________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

☞ mpmw's fish
☞ mpmw's fish
COURRIERS : 167
INSCRIT(E) LE : 06/06/2012
AVATAR : Debby Ryan

MessageSujet: Re: seven devils are around you ▬ Rosalie   Ven 20 Juil - 22:40





Harmony et Rosalie



Harmony n’était pas le genre de fille qui s’offusquait pour un rien. Au contraire, elle était plutôt du genre à faire croire qu’elle était en colère, et puis, trente secondes après, elle souriait, de ce sourire entendu qu’elle seule savait lancer. « Si mon sourire était loin d'être charmant, il n'aurait pas autant de succès auprès d'eux », dit-elle de son habituel ton sarcastique. Bien sûr qu’elle avait raison, et pas qu’un peu. Il faudrait absolument que je rencontre le garçon qui refusera de rentrer dans son jeu. Si jamais il existe bien sûr. Ce qui est fort improbable… Je fixai Harmony, amusée, et souris à mon tour. Il n’y avait rien à ajouter. Si une personne passait en ce moment devant elles, celle-ci aurait eu beaucoup de mal à comprendre le manège entre les deux jeunes filles. Leur discussion ressemblait plus à une dispute, et là, elles se souriaient comme si elles étaient complices. Mais c’est ce qu’elles étaient. Complices. Elles se comprenaient rien qu’en se regardant, et n’avaient pas besoin de long discours pour savoir ce que l’autre pensait.

Harmony semblait de plus en plus rageuse. Mais je savais que jamais, elle n’abandonnerait maintenant. Sinon, ce serait déclarer haut et fort ma victoire, et ça, elle ne le supporterait pas « C'est déjà en parlant d'exaspération et me posant des questions de la sorte que tu m'exaspères ! »
Qu’est-ce que je disais ? « Si je ne le faisais pas, tu écraserais tout le monde dans cette école. Il faut bien que quelqu’un te remette à ta place. » Balançai-je sur un ton de défi. Harmony avait besoin de se sentir forte, et puissante, pour se sentir exister. Moi, j’existai à ma manière : en exaspérant les gens. Surtout Harmony. Il fallait bien que quelqu’un la ramène à son rang de simple mortel. Je n’aimais pas trop qu’elle se sente supérieure à moi. Après tout, ce n’est pas comme si elle l’était. C’était une raison pour laquelle j’agissais de la sorte avec elle. Et aussi parce que j’adorais la voir s’énerver.

« Et que ferais-tu donc Rosalie, si effectivement je cherchais à devenir plus importante aux yeux de Henry que toi ? ». Sous la surprise, je lâchai mon bouquin. Jamais Harmony ne m’avait posé cette question. Pour être exacte, jamais elle n’avait osé poser cette question. Parce que je savais que, depuis quelques semaines, si ce n’est quelques mois, elle se la posait intérieurement. Je me repris, mais pas assez vite. Je pus voir dans les yeux d’Harmony qu’elle avait remarqué mon mal aise. Non, je n’aimais pas Henry. Enfin … si, je l’aimais, mais comme un ami. Pas comme un petit ami potentiel. D’ailleurs, cela ne m’avait jamais vraiment traversé l’esprit. Henry était… mon oxygène. Bon, je sais que ça fait un peur fleur bleue et tout ça, mais c’est vrai. Sa présence m’apaisait d’une certaine façon, et c’était bien pour ça que je le voyais si souvent. Je ne pouvais pas imaginer ma vie sans lui, et si Harmony devenait plus importante à ses yeux que moi, je… A vrai dire, je ne savais même pas ce que je ferais, parce que cette situation me semblait irréelle. Comment pouvait-elle devenir plus importante que moi aux yeux de Henry ? C’était mon meilleur ami, pas le sien après tout !
Je me levai, et fit face à cette peste qui me servait d’amie. Je la toisai durement, puis lui répondit, le plus froidement possible : « Si tu avais un peu de jugeote Blunt, tu ne tenterais même pas de devenir ne serait-ce qu’amie avec lui. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: seven devils are around you ▬ Rosalie   

Revenir en haut Aller en bas
 

seven devils are around you ▬ Rosalie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAKE PEACE ; MAKE WIZARDRY :: Cachots et sous-sol-